CPHA Canvax
CPHA Canvax

Renforcement de la surveillance de l’innocuité des vaccins dans les programmes de vaccination contre la COVID-19 au Canada

Karina A. Top, Julie A. Bettinger, Jeffrey C. Kwong, Sarah E. Wilson, Sandani Hapuhennedige


Top, Karina A.1,  Bettinger, Julie A.2  Kwong, Jeffrey C.3, Wilson, Sarah E.3,4, Hapuhennedige, Sandani5 

  1. Centre canadien de vaccinologie, Université Dalhousie, Centre de soins de santé IWK 
  2. Centre d’évaluation des vaccins, Institut de recherche de l’hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique, Université de la Colombie-Britannique  
  3. Centre pour les maladies évitables par la vaccination et École de santé publique Dalla Lana, Université de Toronto, Institut de recherche en services de santé, Santé publique Ontario 
  4. Santé publique Ontario, École de santé publique Dalla Lana, Université de Toronto, Institut de recherche en services de santé 
  5. École de santé publique Dalla Lana, Université de Toronto 

Déclaration de conflit d’intérêts : KAT a reçu des subventions de GSK et des honoraires de consultante de Pfizer sans lien avec le présent travail. JAB : aucun. SEW : aucun. JCK : aucun. SH : aucun. 


Le système de surveillance de l’innocuité des vaccins du Canada est bien établi; il implique des collaborations fédérales-provinciales-territoriales qui comprennent à la fois la surveillance passive et active des effets secondaires suivant l’immunisation (ESSI). Les effets secondaires sont des épisodes morbides associés au moment de l’administration d’un vaccin sans nécessairement avoir de lien causal avec la vaccination. Pour la surveillance passive, les déclarations d’ESSI sont soumises aux autorités de santé publique, qui en font l’examen et recueillent de plus amples informations pour assigner les effets en question aux définitions de cas de surveillance. Dans la plupart des sphères de compétence, les travailleurs de la santé sont tenus de déclarer les ESSI qui répondent aux critères de déclaration de la province ou du territoire. Plusieurs provinces acceptent aussi les signalements d’ESSI envoyés par des particuliers ou des proches aidants, mais ceux-ci ne représentent qu’une minorité des déclarations reçues. À l’échelle provinciale-territoriale, les déclarations d’ESSI sont étudiées et résumées pour créer des produits de surveillance; les signalements venant des particuliers sont envoyés à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour être intégrés dans le Système canadien de surveillance des effets secondaires suivant l’immunisation (SCSESSI). L’Agence travaille en étroite collaboration avec Santé Canada, qui reçoit les déclarations des fabricants de vaccins et est responsable de toute mesure réglementaire en cas de signal relatif à l’innocuité d’un vaccin.  

La surveillance active, par contre, implique la recherche en amont des ESSI dans les dossiers médicaux ou la collecte des symptômes et des épisodes morbides des particuliers après la vaccination. Au Canada, un contrôle actif est actuellement exercé par l’entremise de deux programmes : le Programme canadien de surveillance active de l’immunisation (IMPACT) et le Réseau national canadien d’évaluation de la sécurité des vaccins (CANVAS). Le premier fait participer 12 hôpitaux pédiatriques de soins tertiaires (13 pour la COVID-19) et scrute les dossiers médicaux pour détecter et sélectionner les ESSI ayant mené à des hospitalisations. Le deuxième, CANVAS, fait partie du Réseau canadien de recherche sur l’immunisation (RCRI) et utilise les signalements de participants dans des sondages en ligne pour repérer les ESSI qui empêchent d’accomplir les tâches quotidiennes ou qui nécessitent des soins médicaux. Le réseau CANVAS a été utilisé pour réunir rapidement des données sur l’innocuité chez les adultes et les enfants durant les campagnes annuelles de vaccination contre l’influenza1.

Le système d’innocuité des vaccins du Canada est aussi en mesure d’évaluer et de prendre en charge les personnes ayant éprouvé des ESSI via le Réseau de cliniques de vaccination spéciales (CVS), un autre réseau du RCRI. Par l’entremise des CVS, les médecins évaluent les personnes ayant éprouvé des ESSI graves et formulent des recommandations au sujet des vaccinations futures2,3. Les cas sont entrés dans un registre, ce qui permet d’évaluer les résultats cliniques après la revaccination et de mieux comprendre comment prendre en charge les patients qui présentent des ESSI semblables2,3. Il y a actuellement des CVS dans huit provinces; ces cliniques fonctionnent selon un processus d’aiguillage, et jusqu’à tout récemment, s’adressaient principalement aux populations pédiatriques.

Renforcer la surveillance des vaccins anti-COVID-19  

Comme pour tout nouveau programme de vaccination, les risques d’effets secondaires très rares (p. ex. survenant chez < 1 pour 100 000) suivant la vaccination contre la COVID-19 ne seront pas entièrement compris tant que les vaccins n’auront pas été administrés à des millions de personnes. En outre, le profil d’innocuité des vaccins anti-COVID-19 dans les groupes de population non inclus dans les essais cliniques (p. ex. les personnes enceintes ou immunodéprimées) n’était pas connu au moment de l’autorisation de ces vaccins par Santé Canada; depuis, il est éclairé par les évaluations de l’innocuité post mise en œuvre, qui utilisent des données observationnelles4,5.   

Étant donné tous ces défis, les systèmes de surveillance existants ont été accrus ou élargis pour assurer un contrôle robuste de l’innocuité dans les programmes de vaccination contre la COVID19. Après le lancement de ces programmes, les provinces et les territoires ont soutenu le renforcement des rapports hebdomadaires au SCSESSI sur les ESSI des vaccins anti-COVID-19; la surveillance accrue de certains ESSI d’intérêt particulier pour la santé publique (p. ex. la myocardite) se poursuit. Le réseau CANVAS a aussi élargi son contrôle axé sur les participants des vaccinations contre la COVID-19 (voir https://canvas-covid.ca/fr/) par l’inscription en ligne de participants dans au moins sept provinces et territoires. Ce réseau est particulièrement bien placé pour saisir des données sur les Canadiens ayant reçu des vaccins anti-COVID-19. CANVAS recueille aussi des informations sur les personnes qui n’ont pas encore été vaccinées (c.àd. un groupe témoin) pour estimer le taux naturel attendu d’épisodes morbides. Cela permet une plus grande précision dans l’analyse des résultats cliniques et la détection des signaux relatifs à l’innocuité. Il existe des réseaux semblables de surveillance active de l’innocuité des vaccins axés sur les participants dans d’autres pays, comme aux États-Unis (V-safe6) et en Australie (AusVaxSafety7). Par contre, le Canada est le seul à inclure un groupe témoin.

Le réseau de cliniques de vaccination spéciales a aussi été étendu i) en ajoutant plusieurs nouvelles cliniques pour les adultes ayant éprouvé des ESSI après avoir été vaccinés contre la COVID-19 et ii) en collaborant avec des spécialistes des allergies ou de l’immunologie dans quelques provinces de plus. Les CVS collaborent aussi avec le réseau CANVAS, et avec les autorités de santé publique, pour accélérer l’aiguillage; cela contribue à réduire les délais de réponse aux préoccupations liées à l’innocuité des vaccins et à gérer la complétion par les patients de la série vaccinale contre la COVID-19. Des protocoles harmonisés ont été élaborés pour la prise en charge des patients présentant des réactions d’hypersensibilité ou une myocardite/péricardite après la vaccination contre la COVID-19. De plus, les CVS collaborent à des études d’évaluation de l’innocuité des vaccins et des réponses immunitaires chez les patients immunodéprimés n’ayant pas participé aux essais cliniques des vaccins anti-COVID-19. Un tel investissement fournira à terme des orientations sur les façons de vacciner ces populations.  

Enfin, le Réseau collaboratif provincial (RCP) du RCRI, qui facilite le jumelage des données sanitaires à grande échelle dans plusieurs provinces (p. ex. entre les bases de données des laboratoires, de l’immunisation et de l’administration de la santé), appuie aussi les évaluations de l’innocuité des vaccins anti-COVID-19 en estimant les taux naturels des ESSI d’intérêt particulier pour la santé publique et en menant des études par hypothèses pour vérifier les signaux relatifs à l’innocuité des vaccins repérés au Canada ou ailleurs. Par le jumelage des données administratives, le RCP peut déterminer les sous-populations, comme les personnes enceintes ou ayant des troubles médicaux préexistants, chez lesquelles il faudrait contrôler l’innocuité des vaccins après la vaccination. 

Ensemble, ces améliorations aux systèmes de contrôle de l’innocuité des vaccins du Canada ont favorisé une intervention précoce face aux problèmes liés à l’innocuité détectés dans d’autres pays, comme la thrombose avec syndrome thrombocytopénique après l’administration de vaccins anti-COVID-19 à vecteur adénoviral (p. ex. AstraZeneca) et la myocardite/péricardite après l’administration de vaccins anti-COVID-19 à ARN messager, ce qui a permis la reconnaissance précoce et le traitement rapide des cas au Canada. La détection de ces signaux relatifs à l’innocuité au Canada a aussi donné lieu à des mesures de santé publique, notamment à la recommandation de ne pas utiliser le vaccin à vecteur adénoviral pour les moins de 30 ans et, à terme, de cesser complètement d’utiliser ce vaccin quand l’approvisionnement en vaccins à ARNm s’est accru8

Renforcer la confiance du public 

Par mesure de transparence et, idéalement, pour renforcer la confiance du public, l’intégration réfléchie de stratégies de communication claires sur l’innocuité des vaccins est tout aussi importante que le contrôle robuste et amélioré de l’innocuité des vaccins. Les mécanismes de partage du savoir peuvent inclure des tableaux de bord accessibles au public sur l’innocuité des vaccins, comme ceux qui sont actualisés chaque semaine par l’ASPC9 et par CANVAS10, ainsi que les rapports de surveillance provinciaux-territoriaux sur l’innocuité des vaccins11,12.   

Au-delà de ces stratégies de communication, les professionnels de santé jouent un grand rôle dans le renforcement de la confiance du public, vu leurs rapports avec les patients et leur influence dans les décisions d’immunisation13,14,15. Les professionnels de santé peuvent profiter des visites de routine pour parler de l’innocuité des vaccins anti-COVID-19, conseiller les patients qui ont des motifs de préoccupation et, à terme, renforcer la confiance envers les vaccins. Pour faire cela efficacement, les professionnels de santé doivent s’être familiarisés avec les systèmes de surveillance de l’innocuité des vaccins pour pouvoir en glisser les informations dans leurs conversations avec les patients15,16. Toutefois, ces professionnels doivent aussi être conscients de leur rôle essentiel dans la réussite des efforts de surveillance de l’innocuité des vaccins en déclarant les ESSI aux autorités de santé publique locales. De plus, et dans la mesure du possible, les professionnels de santé peuvent donner des informations aux patients/usagers sur le réseau CANVAS et aiguiller les patients ayant des ESSI vers les cliniques de vaccination spéciales si cela convient.  

Conclusion

Les données probantes recueillies jusqu’à maintenant, avec l’administration d’environ 4,9 milliards de doses de vaccins anti-COVID-19 dans le monde17, confirment l’innocuité de ces vaccins. Il a toutefois été essentiel d’investir dans la surveillance de l’innocuité des vaccins, vu le rythme rapide de la vaccination contre la COVID-19, l’approbation prévue d’autres nouveaux produits vaccinaux contre la COVID-19 et l’étendue des programmes de vaccination aux tranches d’âge plus jeunes. Des systèmes de contrôle améliorés et des études sur l’innocuité des vaccins dans des populations particulières sont nécessaires pour continuer à accumuler des preuves de l’innocuité des vaccins anti-COVID-19. Pour favoriser l’acceptation de ces vaccins, il importe aussi que les informations sur leur innocuité soient communiquées clairement au public et aux professionnels de santé.  


References:  

  1. Bettinger JA, De Serres G, Valiquette L, Vanderkooi OG, Kellner JD, Coleman BL, et al. 2017/18 and 2018/19 seasonal influenza vaccine safety surveillance, Canadian National Vaccine Safety (CANVAS) Network. Eurosurveillance 2020;25(22):1900470. 
  2. Top KA, Billard MN, Gariepy MC, Rouleau I, Pernica JM, Pham-Huy A, et al. Immunizing patients with adverse events after immunization and potential contraindications to immunization: a report from the Special Immunization Clinics Network. The Pediatric Infectious Disease Journal 2016;35(12):e384-e391.
  3. MacDonald NE, Law BJ. Canada’s eight-component vaccine safety system: a primer for health care workers. Paediatrics & Child Health 2017;22(4):e13-e16. 
  4. Gouvernement du Canada. Recommandations sur l’utilisation des vaccins contre la COVID-19 [Internet]; 22 juillet 2021. Disponible : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/immunisation/comite-consultatif-national-immunisation-ccni/recommandations-utilisation-vaccins-covid-19.html
  5. Shimabukuro TT, Kim SY, Myers TR, Moro PL, Oduyebo T, Panagiotakopoulos L, et al. Preliminary findings of mRNA Covid-19 vaccine safety in pregnant persons. New England Journal of Medicine 2021;384(24): 2273-82. 
  6. Centers for Disease Control and Prevention. V-safe after vaccination health checker [Internet]; 12 juin 2021. Disponible : https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/vaccines/safety/vsafe.html
  7. AusVaxSafety. Active and enhanced vaccine safety surveillance for COVID-19 vaccines in Australia [Internet]; 22 février 2021. Disponible : https://www.ausvaxsafety.org.au/active-and-enhanced-vaccine-safety-surveillance-covid-19-vaccines-australia
  8. Ontario. Ministère de la Santé. Administration du vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19/vaccin COVISHIELD [Internet]; 25 mai 2021. Disponible : https://www.health.gov.on.ca/fr/pro/programs/publichealth/coronavirus/docs/vaccine/COVID-19_AstraZeneca_Vaccine_admin.pdf
  9. Agence de la santé publique du Canada. Effets secondaires signalés après la vaccination contre la COVID-19 au Canada [Internet]; 12 mars 2021. Disponible : https://sante-infobase.canada.ca/covid-19/securite-vaccins/ https://sante-infobase.canada.ca/covid-19/securite-vaccins/
  10. CANVAS-COVID. Résultats de l’étude CANVAS-COVID [Internet]; août 2021 [consulté le 20 août 2021]. Disponible : https://canvas-covid.ca/fr/resultats/
  11. Santé publique Ontario. Rapport hebdomadaire de surveillance. Manifestations cliniques inhabituelles (MCI) à la suite d’une immunisation contre la COVID-19 en Ontario : du 13 décembre 2020 au 21 août 2021 [Internet]; 2021 [consulté le 20 août 2021]. Disponible : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/epi/covid-19-aefi-report.pdf?la=fr
  12. Gouvernement de l’Alberta. COVID-19 vaccine: active surveillance and reporting of adverse events following immunization (AEFI) [Internet]; 15 juin 2021. Disponible : https://open.alberta.ca/publications/covid-19-vaccine-aefi
  13. DeRoo SS, Pudalov NJ, Fu LY. Planning for a COVID-19 vaccination program. JAMA Network 2020;323(24):2458-9. doi:10.1001/jama.2020.8711
  14. Ogilvie G, Gordon S, Smith LW, Albert A, Racey CS, Booth A, et al. Intention to receive a COVID-19 vaccine: results from a population-based survey in Canada. BMC Public Health 2021; 21(1):1017. doi:10.1186/s12889-021-11098-9.
  15. Salmon D, Opel DJ, Dudley MZ, Brewer J, Breiman R. Reflections on governance, communication, and equity: challenges and opportunities in COVID-19 vaccination: article examines the engagement and communication steps necessary to strengthen the COVID-19 vaccine rollout by federal, state, and local governments. Health Affairs 2021:10-377.
  16. Gouvernement du Canada. Vaincre l’hésitation face à la vaccination dans le contexte de la COVID-19 : à l’intention des fournisseurs de soins de santé [Internet]; 7 mai 2021. Disponible : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/professionnels-sante/vaccins/vaincre-hesitation-vaccination.html
  17. Our World in Data. Coronavirus (COVID-19) Vaccinations [Internet]; sans date. Disponible : https://ourworldindata.org/covid-vaccinations